Informatique

Raspberry, l’ordinateur qui tient dans la main

Raspberry, le nano ordinateur, tient il toutes ses promesses ?

Le projet Raspberry prend naissance en 2006 à l’université de Cambridge. Développé par une bande d’étudiants soucieux de proposer une solution simple et économique, la commercialisation débute en 2012. Leur volonté était de relancer l’engouement autour de l’informatique auprès des jeunes générations. Qu’en est il aujourd’hui, et la framboise (raspberry en anglais) tient elle toutes ses promesses ?

Le Raspberry représente t-il une solution technique efficace ?

Depuis son lancement, je suis de loin l’évolution de la petite framboise. Vu les caractéristiques des premiers modèles, j’ai préféré attendre un peu avant de me lancer dans son acquisition. La dernière génération commence à proposer des performances intéressantes mais le sont elles vraiment ?

Oui et non.

Oui pour qui voudra tester des solutions logicielles ou utiliser des distributions légères et spécialisées mais non pour certains usages. J’ai lu quelques articles réalisés avec beaucoup (trop ?) d’enthousiasme sur la possibilité d’utiliser un Raspberry comme ordinateur de bureau. Ou la possibilité de l’utiliser pour créer un serveur NAS voire un serveur d’hébergement cloud. Clairement, ce matériel n’est pas fait pour ça ! Malgré les performances améliorées de la dernière génération, ce nano ordinateur arrive très vite à ses limites. D’une part au niveau de la puissance et d’autre part au niveau des débits atteints dans les transferts de fichiers. Ces débits sont liés aux technologies embarquées : carte Sd, connexions USB, etc. De plus, les sollicitations sont telles que le Raspberry chauffe très vite et il me semble indispensable de le ventiler.

Le Raspberry est il une solution économique ?

Je serais tenté de dire non.

En effet, l’ordinateur est affiché à un tarif très attractif mais il est vendu brut, sans même une alimentation. Quand on commence à l’équiper, la facture monte très vite. Une alimentation, une solution de refroidissement, une coque, un clavier, une souris, un écran, etc. Vu ses modestes performances, il entre directement en concurrence avec d’anciens PC d’occasion. En effet, ces vielles machines déclassées vous offriront de meilleures performances pour un prix dérisoire. Prenez par exemple un vieil ordinateur équipé d’un Athlon x2 ou un Core2duo et votre Raspberry semblera bien poussif. Meilleures performances processeur, meilleures performances graphiques, meilleures performances réseau (gigabit contre fast ethernet), meilleurs débits en sata,etc.

A quoi sert donc ce Raspberry ?

Pour moi, le Raspberry n’est clairement pas un ordinateur comme les autres. C’est une classe à part, un objet d’expérimentation ou une solution spécialisée pour une tâche simple. Par exemple il pourra héberger un petit serveur de service, un serveur de surveillance, etc. Dans ces tâches il excelle et ses caractéristiques ne sont plus un handicap mais un atout. Il est petit donc facile à dissimuler, il consomme peu et dans ces fonctions il n’a plus besoin de ses périphériques puisqu’il sera piloté à distance.

Faut il craquer pour le Raspberry ?

Oui pour qui aime tester, expérimenter, satisfaire une curiosité technologique ou mettre en place de petits services.

Non pour qui penserait utiliser cette proposition en remplacement d’un vrai PC.

Personnellement, j’ai sauté le pas et cet article fait suite à plusieurs tests, aussi bien en serveur qu’en utilisation PC classique. Je ne suis pas déçu car il correspond parfaitement à l’image que j’en avais d’après mes nombreuses lectures. De plus il existe une communauté très développée et de nombreuses propositions logicielles intéressantes.

Vu sa présentation « brut de décoffrage » c’est aussi un prétexte à la réflexion autour de son habillage. Des solutions sont encore une fois proposées mais pourquoi ne pas développer la sienne ? Je vois également en cet outil une introduction naturelle dans le milieu des Fab Lab et autres ateliers collaboratifs. C’est donc une source de réflexion et d’épanouissement enthousiasmante.

Je vous recommande un site particulièrement intéressant: La framboise 314

Jean-Michel LEGER

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *